Le cabinet Emerging vient de publier, via le site Times Higher Education, un Top 150 du classement mondial des meilleurs établissements d’enseignement supérieur en termes d’employabilité.

Treize établissements français y figurent. C’est trois de plus qu’en 2018.

Parmi les 13 institutions françaises, on en recense neuf dans le top 100, dont six dans le top 50 : HEC Paris (22e), l'École polytechnique (28e), l’ENS (30e), EMLyon (39e), Mines ParisTech (41e) et CentraleSupélec (44e).

Les établissements qui font leur entrée dans le top 150 cette année sont donc :

ESCP Europe, passe de l’intervalle 150-200 à la 117e place (l'école était classée 149e en 2017 et refait donc son entrée dans le top 150 cette année) 

Sciences Po, de l’intervalle 150-200 à la 143e place (l’IEP était classé à la 90e place en 2017) 

• l’Université Paris-Dauphine, de l’intervalle 200-250 au 142e rang.

En 2018, ces trois établissements faisaient partie du classement additionnel des « challengers » (intervalle 150-200 à intervalle 200-250).

Ils rejoignent les autres établissements qui faisaient déjà partie du top 150 en 2018.

  • Six gagnent des places :
    • Edhec Business School, 60e (+37) ;
    • Sorbonne Université, 66e (+23) ;
    • École polytechnique, 28e (+2) ;
    • ENS, 30e (+1) ;
    • Essec, 83e (+1) ;
    • HEC Paris, 22e (+1).
  • Quatre en perdent :
    • Mines Paris Tech, 41e (-8) ;
    • EMLyon, 39e (-4) ;
    • CentraleSupélec, 44e (-5) ;
    • Université Paris-Sud, 111e (-1). 


Au niveau mondial, la France est la troisième nation la plus représentée, derrière l’Allemagne qui compte 14 institutions (13 en 2018), et les États-Unis, avec 29 (34 en 2018).

Le top 3 mondial reste inchangé depuis 2018, avec Harvard University en tête, suivi de California Institute of Technology et du MIT.

A savoir :

Ce classement, publié par le Times Higher Education, a été créé par le cabinet français de conseil en ressources humaines Emerging et réalisé par le cabinet d'études allemand Trendence.

Le score a été calculé d’après les votes de deux panels, qui ont chacun indiqué les écoles et universités de leur pays dont sortent les diplômés les plus adaptés au marché de l’emploi :

Le premier panel est composé de recruteurs à l’international.

Le second panel est composé de directeurs généraux de sociétés internationales.

Au total, près de 8 000 répondants ont participé à ces deux enquêtes. 

Source : newstank.fr