La ministre du travail Muriel Pénicaud lance la campagne #DémarreTaStory sur l’apprentissage.

« Nous devons déconstruire les idées reçues qui perdurent dans l’esprit des jeunes et de leurs parents », explique la ministre dans son communiqué. Un enjeu de taille pour Muriel Pénicaud qui doit présenter son projet de loi sur l’apprentissage au conseil des ministres vendredi 27 avril. Tout juste lancée, la campagne doit faire « buzzer l’apprentissage ».

« Par et pour les apprentis »

Pour promouvoir ses vingt mesures et surtout les formations en apprentissage, le gouvernement compte sur les premiers concernés, à savoir les apprentis eux-mêmes. En tant qu’ambassadeurs, 40 d’entre eux ont été interviewés pour présenter leurs expériences. 

Une campagne faite « par et pour les apprentis » qui permet de dévoiler une autre vision de cette formation qui ne concerne que 7 % des 16-30 ans.

Séduire les millenials 

D’ailleurs, les jeunes sont les premières cibles à convaincre. Avec le hashtag #DémarreTaStory, le gouvernement compte sur les réseaux sociaux. Ces courtes vidéos, visibles 24 heures, sont diffusées sur Snapchat, Instagram et Facebook. 

Cette diffusion, simple et accessible, doit permettre aux jeunes de s’impliquer directement dans la campagne. Chacun peut donc partager son expérience en créant sa propre « story ». Pour cela, le gouvernement met un kit de communication à disposition sur le site apprentissage.gouv.fr . La seule condition est d’avoir un compte sur l’un des réseaux sociaux.

Kit de communication pour aider les jeunes à créer leur story.© Ministère du Travail Kit de communication pour aider les jeunes à créer leur story.© Ministère du Travail

Indications pour réaliser sa story. © Ministère du Travail Indications pour réaliser sa story. © Ministère du Travail

En partenariat avec des sites tels que Minutebuzz et Topito ainsi que deux youtubeurs, Amixem et Pierre Croce, le gouvernement espère séduire de nombreux millenials. Si la loi sur l’apprentissage doit être débattue en juin au Parlement, le concept, lui, doit durer deux ans.