Présentation

Le contrôleur aérien est là pour guider les pilotes d'avions pendant le décollage, le vol et l'atterrissage. Il joue un rôle indispensable pour assurer la sécurité des transports aériens.

Du haut de la tour de contrôle, l'ingénieur du contrôle de la navigation aérienne, nom technique du contrôleur aérien, organise le ballet des avions au décollage et à l'atterrissage. Sa mission : garantir la fluidité du trafic aérien et assurer la sécurité des appareils, en vol et sur la piste.

Un coordinateur indispensable

Le trafic aérien est l'un des plus importants du monde. A cet éclairage, on prend conscience du rôle capital que jouent quotidiennement les contrôleurs aériens, chargés de guider les avions afin qu'ils puissent décoller et atterrir en toute sécurité et par tous les temps.

« L'ingénieur du contrôle de la navigation aérienne doit faire face à de nombreuses responsabilités », explique Christophe, contrôleur à Roissy.

« Nous assurons en premier lieu le suivi de chaque avion, en tenant compte de nombreux paramètres : l'importance du trafic, les conditions météo, le plan de vol, le sens du vent... Dès qu'un avion arrive dans l'espace aérien de l'aéroport, nous devons ainsi contacter le pilote et lui indiquer la position à adopter afin d'intercaler les appareils les uns derrière les autres pour éviter les télescopages. En cas de conditions météo particulièrement mauvaises, nous pouvons également être amenés à fournir aux pilotes des paramètres susceptibles de les aider à poser leur avion », détaille-t-il.

Et quand on sait que chaque contrôleur peut gérer jusqu'à quatre-vingt arrivées par heure en période de pointe, on comprend aisément pourquoi une pause est imposée toutes les deux heures de travail ! Concernant les avions sur le départ, le contrôleur, rivé à toutes sortes d'appareils électroniques et informatiques ainsi qu'à des radars et à une radio, devra également prendre en compte l'ensemble des données pour assurer une sécurité optimale.

Un poste à hautes responsabilités

La mission du contrôleur aérien exige donc une aptitude à l'anticipation sur les événements et une très bonne évaluation des scénarii éventuels.

« Nous décidons seuls si un avion doit changer sa vitesse ou son altitude et, en cas d'incident, c'est à nous de déclencher la procédure d'urgence. En contrepartie, ce métier est réellement passionnant car le même cas de figure ne se présente jamais deux fois de suite », explique Christophe.

Une indépendance nécessaire à l'exercice d'un métier basé sur la réactivité et des réflexes à toute épreuve... y compris la nuit, le week-end et les jours fériés ! Car le contrôleur aérien est responsable pénalement de ses actes et, en cas d'accident causé par une maladresse de sa part, il risque une condamnation et un emprisonnement.

Des qualités requises

Dans le ciel, aucune erreur n'est permise, aussi le contrôleur aérien doit avant toute chose faire preuve d'une grande capacité de concentration et d'un esprit d'analyse affûté. Il lui faut également pouvoir prendre rapidement les décisions qui s'imposent et opposer une bonne résistance au stress.

Il en découle que la rigueur et le sens des responsabilités sont bien entendu indispensables. Dernier élément fondamental pour faire carrière dans les salles de contrôle : une parfaite maîtrise de l'anglais, la langue universelle des pilotes.

Formation

Comment devenir contrôleur aérien ?

Pour devenir contrôleur aérien, cinq années d'études sont nécessaires. Les trois dernières s'effectuent obligatoirement à l'Ecole nationale de l'aviation civile (ENAC), à Toulouse.

Pour entrer dans cette école, il faut passer un concours. Chaque année, dans plusieurs villes de France, des examens sont organisés. Ils sont adressés aux titulaires d'un bac +2 scientifique (classes préparatoires, DUT, BTS,...) ayant au moins 27 ans l'année du concours. Un très bon niveau d'anglais est exigé.

La formation dure ensuite trois années. De nombreux stages pratiques sont effectués par les étudiants (de pilotage, en pays anglophone,...) pendant leur cursus. De quoi entrer dans la profession avec déjà plusieurs expériences au compteur.

Dernière mise à jour : 27 octobre 2015